Euro 2016 : Le contre-coup d’une tragédie

Les lourdes conséquences sociales, économiques et financières de la défaite des bleus

C’est avec la gueule de bois des lendemain de soirée gâchée que se sont réveillés les français (et par extension, les comptables) ce matin du 11 Juillet 2016. Au lendemain de la défaite des bleus en finale de l’Euro 2016 face au Portugal, il est déjà temps de s’inquiéter des lourdes répercutions sociales, économiques et financière de cette tragédie.

L’espoir

Le tableau était trop beau, l’omniprésence du football dans les médias, dans la rue et même devant la machine à café avait eu raison ces dernières semaines de l’ambiance morose qui s’installait en France depuis ce début d’année.

Du foot, du foot et encore un peu plus de foot, c’était tout et c’était bien ; plus de grèves paralysantes, plus de courbe inquiétante du chômage, plus de 49.3, plus de Nuit Debout et même Denis Baupin regardait sa télévision plutôt que les jambes de sa voisine à l’assemblée.

La consommation globale était repartie à la hausse ; jeudi dernier, l’UPF (Union des Pizzaiolos de France, NDLR) publiait une croissance de +56% de la consommation de pizzas durant toute la compétition – un chiffre impressionnant surtout quand on sait qu’il ne correspond qu’à la partie déclarée par nos amis pizzailos.

Un dur retour à la réalité

C’est quand on est chaud que la douche froide est la plus désagréable et les français ne l’ont que trop bien compris lorsque Eder, l’avant centre portugais, met (sur un coup de chance plus que sur un coup de génie, on nous l’a fait pas, NDLR) la balle au fond des filets.

Les français avaient besoin de croire en quelque chose…

Selon l’économiste François Lenglet, la défaite de la France causera une chute du PIB de l’ordre de 5% et une augmentation du chômage de 8 à 10%. Ses explications : « cette défaite tombe au plus mauvais moment. Les français avaient besoin de croire en quelque chose, et là c’est foutu. J’ai vu des jeunes pleurer dans la rue ce matin, des commerçants fermer boutique à midi parce qu’ils n’y croient plus. L’heure est grave. »

A l’heure où j’écris ces lignes, des millions de français sont à la peine ayant perdu tout espoir en l’avenir. Toute l’équipe de VDC vous souhaite une bonne dépression pour l’été.

Adieu.

Article douloureusement rédigé par : Didier Desvilles – Envoyé très spécial VDC NEWS

©2019 VDC Vie De ComptableHappyCab

Connecte-toi avec tes identifiants

Tu as oublié tes informations ?